Retour à la 1e page
Histoire Personnages de Forest Tourette Chapelles
  Evacuation en 14 Léon Henniaux Conseils depuis 1790
Monographie de Forest 1900 Eglise: sa reconstruction Place Monument aux morts
Activités Conscription Loi de Forest Photos anciennes
Biens du CCAS Madagascar L'Histoire de Forest Anciennes classes
Ecole: histoire Eglise: histoire Gare: histoire Libération de Forest
Terres d'envie Le vote des femmes Le retour de Waterloo 1 Le retour de Waterloo 2
Elections depuis 1908 Maires depuis 1896 Photos anciens conseils  

 

 

La Chapelle bleue (rue du Moulin)

*****

Ces petites chapelles bleues, appelées quelquefois, oratoires ou bornes-chapelles sont environ 700 dans l'Avesnois dont 53 dans le canton de Landrecies. On les construisait surtout par conviction religieuse, mais aussi en mémoire d'un disparu, d'un vœu qui s'était réalisé ... ou encore pour affirmer sa position sociale. On les rencontre un peu partout : dans les jardins, dans les champs, contre un mur (elle s'appelle alors niche).

Mais le plus souvent, on les trouve au bord d'un chemin, près d'un carrefour : facilité pour amener les matériaux (en pierre bleue), pour indiquer un lieu et surtout pour qu'on la voie ! Elles sont cylindriques ou carrées. On les date du 18e siècle. Beaucoup ont disparu, certaines sont oubliées et envahies par les ronces.

La « chapelle bleue » de Forest, située rue du Moulin, est typique : de forme cylindrique, en pierre bleue, au bord d'une route, à proximité d'un carrefour, érigée vers 1750 par une ancienne famille honorable de la commune qui a donné beaucoup de mayeurs et d'échevins (la famille Lefèbre). On peut lire difficilement l'inscription d'origine : « érigée par les héritiers de Rosalie et Cécile Lefèbre, sa sœur, en l'honneur de Notre-Dame de Bonsecours ».

Puis un jour, cette « chapelette », comme la nommait l'Abbé Poulet, dans sa monographie, en 1905, s'est écroulée. La commune a eu la présence d'esprit de rassembler le tas de pierres et de le mettre en sécurité. Cela faisait déjà plusieurs années que le Conseil Municipal envisageait de la restaurer. Et il y a quelques mois, un ancien Forésien a proposé son aide financière.

Rapidement, le petit monument fut remis à sa place. La commune a fait aménager un accès pour faciliter le va-et-vient des promeneurs.

Remerciements : M. l'Abbé Duhaubois (bénédiction), M. Edouard Jacquemin, directeur de l'entreprise Descamps (construction du passage, bénévolement), M. Philippe Cappeliez (reconstruction), M. Elias (finition) et M. Léon Henniaux, notre généreux donateur.

 
 
 
 

La Chapelle Ste-Croix ou Ste Philomène

(rue de Valenciennes)

*****

Cette chapelle fut édifiée en 1714, sur le canton de Rouge-Croix, qui est encore aujourd'hui le nom de cette partie du territoire. On ignore par contre le nom du fondateur. A l'origine, elle fut dédiée à Ste-Croix. Il est fort possible que la croix qui était rouge à l'époque ait donné son nom à ce lieu-dit. Cette chapelle était fréquemment utilisée, en particulier lors des neuvaines : on se regroupait par « neuf ». De même, les paroissiens s'y rendaient chaque année le 2e jour des Rogations.

Au fil des années, elle tomba en ruines. Elle fut reconstruite une première fois en 1843 avec la participation financière de « La Fabrique » (53 Francs à l'époque). On pense que ce fut à l'initiative de François Soufflet et de Marguerite Wattremez ... des notables de l'époque.

Vers la fin du 19e siècle, on ajouta, d'après l'abbé Poulet, une statue de Ste Philomène, en bois doré, d'un effet assez disgracieux. Et depuis cette chapelle, peu à peu, est devenue chapelle Ste Philomène.

A la fin du siècle dernier, cette chapelle présentait de nouveau des signes de vieillesse et une restauration complète fut entreprise par une association locale, ESVH, entre 1977 et 1981.

L'équipe, qui s'est attelée au chantier, a reconstitué le fronton en retrouvant les méthodes originelles de travail pour les respecter dans un souci d'authenticité et de sincérité, remonté la voûte qui ferme le mur pignon, refait la charpente en chêne massif, couvert la toiture, fabriqué la porte et posé le blindage.

L'ensemble a demandé 9 000 Francs (environ 1 350 €), 330 tonnes de terre, 36 tonnes de béton et 2000 pavés posés à la main...

Une recherche d'archives et de témoignages, d'enquêtes auprès des anciens, a permis de renouer avec une tradition ancestrale attachée à cet ancien lieu de culte.

Cette chapelle rénovée a été inaugurée en 1982 par M. Jack Lang, alors Ministre de la Culture. Un prix au titre de la « conservation des monuments historiques » fut également décerné à l'association.

 
 

Cette chapelle blindée fut fermée pendant de longues années, suite à la destruction de la serrure et de la perte des clefs.

Elle vient d'être rouverte et sera remise à la disposition du culte et des Forésiens.

Remerciements : les membres de l'association, dont certains sont présents aujourd'hui.

 

 Discours de M. Saniez, Maire de Forest, le 23 juin 2012 - lors de la bénédiction des 2 chapelles.